Obsessions et pages sans titre

juillet 9, 2010

Ma névrose culte d’écrivaine (…)? Le manque d’individualité, la mode aux moutons.

On vit dans une société où la dépendance et l’appartenance réconforte. L’individualité est devenue tabou et sujet de moquerie. Pourtant si l’on recule on-ne-peut moins loin dans les années 90 où porter la même tenue que quelqu’un d’autre était un drame en soit, on se rend rapidement compte de la gravité de la situation quant à la débilisation de l’évolution.
L’envie de posséder ce que l’autre possède ne se figure plus en fantasme mais se voit devenir un véritable besoin, obsessionnel qui plus est. La beauté est subjective à ce que l’on propose. On en vient à ne plus se connaître du tout et à difficilement arriver à se reconnaître sans malaise incompris au travers des médias, des publicités, des vedettes…

Depuis des générations l’être humain a pris l’habitude de se complaire dans des barèmes de principes préfabriqués à l’échelle par la religion, entre autre. Aujourd’hui, la personnalité est laissée au détriment de son possesseur et de ses propres pensées qui aurait autrefois «mal existé» sans pression religieuse.

Ainsi va la passion que je cultive pour mes propres névroses. J’écris pour mes obsessions, je suis une artiste sainement malade. Mon récit a son histoire, ses débris, son cœur. Manque plus qu’un titre!

The brand new Madmoizel anonyme, édition revisitée.

juillet 4, 2010

Après quatre mois d’abstinence à l’écriture de blog, après avoir presque arrêté de boire, après avoir effacé la presque totalité des articles de ce blog pour révision totale de mon propre système et après m’être fait dire par un bloggeur qu’il ne comprenait pas la nuance entre l’intelligence que je dégageais d’après mes réponses à ses posts et l’image du personnage brunement satirique que je proposais à mes lecteurs, j’ai décidé de repartir à neuf. Je suis une nouvelle femme après tout, étant donné l’état presque miraculé de mon foie ces derniers jours!

Je n’ai pas offert ma virginité à mon père (The Cleveland Brown Show, saison 1, épisode 5), je n’ai pas non plus adhéré à une secte qui demanderait en échange d’une vie presque éternelle d’au moins 75 ans que je lui offre mon vagin tranché sur une assiette en or massif enjolivé de fraise et de tranches de concombres et j’ai SURTOUT pas abdiqué sous les critiques parce que je trouve toujours que je suis la plus belle et la meilleure. J’ai tout simplement compris qu’Internet pouvait être nocif lorsque l’on raconte devant public des histoires de vibrateurs coincées dans la culotte et de trop-de-fourre (Mon patr… ancien patron, un lundi matin au bouleau: Hey, l’anonyme? Tu voudrais que je t’aide avec ton vibrateur? Hehehehehe)

Bref, les histoires hilarantes abondent dans ma vie et je ne peux que partager avec vous, ce serait cruel de vous laisser dans l’ignorance (et ça me fait sentir un peu moins folle lorsqu’on me trouve craquante malgré les frasques).

Bref, bienvenu, chers lecteurs, vos yeules, chères féministes et trinquons au champagne! (Si bien sûr c’est vous qui apportez la bouteille, j’suis pas riche ‘sti!)

Give a shimmy shimmy, strut strut, give a little what what!

février 3, 2010

L’école. Aaaaah, l’école!
Rappelez-moi pourquoi j’ai décidé d’y retourner déjà? Ha oui! Ça me revient. J’ai trop lu d’article sur l’accomplissement personnel dans le Elle Québec.

Pourtant, dans le Elle Québec on parlait de sentiment d’épanouissement, d’euphorie de la femme complète dans le travail ardu que laisse l’instruction générale! Pas d’envie d’évanouissement et de folie de jeune fille obsolète!

Je suis en français. J’en suis réduite à écrire avec un vulgaire bout de bois couronné de plomb sur des feuilles lignées en papier déjà utilisé qui déchirent d’elles-même à la simple vue d’une mine ne serait-ce qu’un tout petit peu trop pointue. À ce qu’il paraît on appel ça de l’écologie.
Remarquez, je n’ai rien contre le recyclage en tant que tel… sauf quand ça consiste à me dépouiller de mon argent en papier contre deux-trois sous noirs. Je veux bien croire qu’il faut contribuer à l’environnement de la planète mais de là à me vendre un paquet de cinquante feuilles de cartable à 12$…

Premier cours de la journée. J’ai faim. Il est quelle heure? 8:06, merde! J’aurais dû m’apporter à déjeuner. Deux œufs tournés/ bacon sur des propositions incises ça se prend bien y me semble, non?

Bon. La différence entre une subordonnée relative et une conjonctive c’est le lien ent… oh my God. Oh my fuckin’ God. C’est moi où les fesses du gars devant me moi me sourient? Sourire forcé qui pointe plutôt vers le bas d’ailleurs… Son cul est triste? C’est pour ça tous les plis?
Mesdames, pour vous qui me croyez chanceuse d’avoir une jolie petite paire de fesse à la figure, dé-tromp-fuckin’-ez VOUS. Sachez tout d’abord que je suis entourée de vieux dudes forcés par leurs femmes de retourner aux études pour que celles-ci puissent voir leurs amants en paix comme à l’époque où leurs très chers maris travaillaient douze heures par jour pour ramener de l’argent au foyer (ramener au foyer étant le bon mot puisque les épouses s’occupent habituellement de flamber l’argent).
Comprenez ensuite que le cul en question appartient à l’un d’eux.

Sa craque est tellement peu ragoutante, j’en oublie de suite ma faim. Elle semble profonde, sombre, marécageuse. Il faut être suicidaire pour s’en approcher! De mon bureau, je peux même sentir les vapeurs de swomp émaner de son derrière.
Je dois me concentrer… la différence entre une subordonnée relat… le verbe être au prés… les cinq pronoms per… RIEN À FAIRE. Les gaz qui sortent de son cul me montent au cerveau. Mon nom c’est quoi déjà?

Ma tête tourne, j’ai le mal de mer… Je plisse les yeux, je scrute son popotin pour y trouver un quelconque bouton «OFF» qui lui remonterait les boxers en deux temps trois mouvement mais… rien. Rien, sauf une gravure. Un tattoo? Non. C’est en relief. Comme une inscription fossilisé. Je m’approche, je plisse mes yeux à un point tel qu’une grosse veine bleue se met à onduler dans mon front, menaçant d’éclater… une.. une date? 19…8…8… 1988!!!
Son année de naîssance? Impossible, il a le poil de cul blanc frisé. Je scrute encore son ass. Juste au dessus du «1988», une toute petite écriture peut se faire voir. Sti…nk..s Si…nce… AH! Stinks Since 1988!!! C’est de la crasse gravée fossili… EURK, CÂLISS!!!

«Christina…Christina!!! Vous êtes en train de reluquer le derrière de Réjean???»
«Hein?!?!? Non jamais Madame! Je veux dire… c’est le grand canyon c’est dur à manquer mais…»
«Pas de mais! Vous étiez penché vers lui et vous scrutiez à la loupe son popotin! Mon Dieu… Sortez de ma classe tout de suite, ça n’a aucunement sa place dans une école!»
«Mais Madameeeeeee!!!» Dis-je en l’attrapant au vol tandis qu’elle repartait vers son bureau.
«HO!!! HA!!! Vous m’avez pogné un sein???!!!!»

Je déteste l’école. Je déteste ma prof. Je déteste aussi le poste de police dans lequel je suis présentement et je déteste le psychiatre que je devrai voir pour mes  »déviations sexuels ». Pis je déteste tout le monde, tout court.

C’est quoi la différence entre une femme et un mouton?

décembre 6, 2009

Y en a pas, les deux ont pas de personnalitées!

Je déteste les femmes. Je suis née pour avoir des chums de gars et boire bière par dessus bière avec eux. Je suis née pour être une figure masculine solide. Mais ironiquement, j’aime trop les messieurs pour ça. J’ai besoin de pouvoir boire ma 12 avec la sécurité d’une snatch entre mes jambes prête à être comblé par mon partner de brosse à tout moments. Ma vie est câlissement incompréhensible, je suis la première à être confuse par mes propres idées comme… tout le temps.

Je déteste les femmes. Mais pourtant j’en suis une, non? Je ne déteste pas une femme par ci par là, de temps en temps au gré des rencontres quotidiennes. Non. Je les déteste toute. Bien sûr, j’aime ma mère, cela va de soit et il y a quand même quelques exceptions qui déjoue mon aversion, des femmes qui ont su gagner mon amour, mon respect ou mon admiration selon ce que j’ai pu voir d’elles. Mais pour la plupart, je pourrais m’en passer dans la vie.

Je déteste les femmes parce que les femmes sont toute pareilles. Elles ont les cheveux blonds et longs. Et bouclés. Ou noirs et crêpés (pis ça c’est out depuis 1976) avec des mèches de couleur flash. Elles sont soit trop maquillées, soit maquillées comme des house bunnies. Elles n’ont aucune opinion propre à elles sauf peut-être celle de leur conjoint. Elles parlent de gloss, de blush, de mascara, d’occupation Double et du dernier album de Wilfred. Pis elles écoutent toutes le banquier. TOUTES, sans exception. Elles boivent leur bière dans des crisse de verres, du bout des lèvres avec presque une paille (rose, tsé) craignant le goulot comme la peste.

Je déteste les femmes parce que quand elles voient des filles comme moi, ou comme celles que je considère digne d’être mes amies par leur comportement semblable au mien qui sont plus belles au naturel qu’avec la palette de couleurs de Prisma Color au complet dans la face, qui se laissent les cheveux raide ou ondulés, qui sacrent, qui rotent, qui chialent parce que les Canadiens ont perdu mais qui réussissent quand même à séduire l’homme convoité par «Barbie» depuis le début de la soirée parce qu’elles savent quand même faire des beaux yeux, avoir l’air cochonne et être sensuelle sans pour autant feindre une déficience intellectuelle profonde, ça les fait chier pis elles griffent et grognent. Pis là, t’es assurée de devoir passer le reste de la soirée à contrer une guerre psychologique menée par Barbie et ses têtes de nœuds de suiveuses de merde quand toi, tu veux juste boire ta grosse bière au goulot tranquille pis pogner le paquet du gars cute à côté de toi qui te trouve intéressante même si t’as pas de chihuahua du nom de Sassie, Suzie ou Marinorsini qui porte du Prada pis jappe pour du caviar.

Oui, je suis excentrique. Je ne suis quand même pas un homme et mes précédentes conquêtes peuvent témoigner de ma féminité. J’aime les bons cocktails aux fruits comme j’aime me servir un grand verre de Jack Daniels pis le boire cul-sec. J’aime les soirées mondaines comme j’aime boire un buck à la cage au sports en mangeant des ailes piquantes devant une bonne game de hockey. Je fais à manger pis j’aime bien me la jouer hot en sortant mes skillz gastronomique mais j’aime aussi ben gros commander une pizza chez Mikes pis la manger devant la télé avec mon homme (lorsque j’en ai un, avis au intéressés qui sauraient combler mon appétit pizzatiale et sexuel). Donc mesdames, je vous dresserai sur demande une liste de mes ex pour témoignage de satisfaction à mon égard malgré le fait que je ne pue pas la copie conforme de ce que doit être une femme d’après les standards qui semblent avoir été établis dans les dernières années par On-s’en-câliss si cela peut vous aider à vous lâcher un peu, à décrisper pis à apprécier la vie même si vous avez un p’tit bouton sur le menton ou une repousse de teinture de deux semaines! J’vous l’dit, ça va me faire plaisir. Sur ce, désolée d’avoir une opinion, je suis loin d’être féministe et j’apprécie beaucoup plus la pénétration avec un homme qu’avec un strap-on mais je me devais de vous en faire part. Je peux retourner regarder des films de fesses.

Y en a pas, les deux ont pas de personnalitée!

Bonjour, j’aimerais échanger mon amoureux, j’ai encore la facture.

novembre 11, 2009

Titre vulgaire? Peut-être pas tant que ça. Messieurs, je vais ici révéler un des plus grands secrets féminins de l’histoire ( shame on me ) alors assoyez-vous, prenez-vous une bière et détendez vous car le choc asséner pourrait vous être fatal. Messieurs, je dois vous avouer que depuis toutes ces années, nous, femmes, ne savons toujours pas ce que nous voulons! Certaine sont plus décidées. D’autres ont arrêtés de se poser des questions à un point tel que l’homme parfait leur est tombé dessus en guise de récompense. Mais pour la majorité d’entre-nous, le problème d’identité qui persiste au niveau de nos critères est bien que ceux-ci sont soit; trop élevé ou mal établis ( voir même pas du tout ). Une journée j’ai envie d’écouter un film d’horreur, l’autre un film d’amour. Il en va de même avec mes sentiments et mes idées. Une journée je cherche le prince charmant même si celui-ci a l’apparence d’un crapaud et l’autre je m’acoquine avec le premier beau cave tatoué qui me fait de l’œil. Diagnostiquons-moi normal, SVP!

Depuis l’ouverture de mon blog, j’ai commencé à recevoir des courriels de gens que je ne connais pas du tout ( et que je ne désires pas connaitre plus non plus vue leur forte tendance à vouloir me raconter leur problèmes ) qui me racontent des épisodes de leur vies, qui trouvent des similitudes et des affinités avec la vie que je me racontes sur le blog ( moi aussi, être quelqu’un d’autre je serais fière d’être apparentée à moi ) et qui me font part de leurs craintes et de leur questionnements ( bleuarrrrrf ). Je niaises ben avec ça mais ça me touche de voir que les gens me lisent autant et qu’ils semble avoir confiance en mon opinion. Bref, un dude qui s’est récemment fait crissé là par sa dulcinée m’a posé la question suivante (question qui revient trop souvent d’ailleurs, un peu partout) :

salut
De :
Browntown calisse (*******_**@msn.com)
Envoyé :
7 novembre 2009 12:56:29
À :
labombacdm@live.ca

salut je lit ton blog souvent kd tu laisse des messages pis jtrouvais que sa serait hot que tu maites une section question pi courié faque ma question a moi ses que jvien de me faire crisser par ma blonde ps je comprens pas parce que je laimait pi je faisait toute pour elle pi a ma crisser la pour un esti de po fiable qui prend dla drogue pi kia rien devant lui dans vie fak je comprens juste po pourquoi lé fille parte avec des trou dcu ki leur font manger dla marde kand yon dé bon gars tk si tu peu mexpliquer ca ben merci

Bon bon bon… par où commencer… Tout d’abords, j’ai presque honte de publier un courriel aussi mal orthographié dans mon blog. Mais pour vrai, le gars est vraiment sweet et gentil et attentionné et il est CÂÂÂLISSEMENT beau. VRAIMENT. Il n’a pas eu une super bonne éducation, d’où les superbes fautes d’orthographe mais il a quand même beaucoup d’ambitions et est voué à une bonne carrière. Alooooors… D’après toi, Alex, pourquoi les filles préfèrent les badboy à la barbe mal rasée et qui roulent des joints à journée longue? Parce qu’ils sont instables!!! Les filles ont toujours un challenge avec ce genre d’hommes et se sentent constamment obligées de le re-conquérir pour ne pas le perdre. Ainsi, en choisissant un homme avec un avenir incertain et rien devant lui, elles ne se sentent pas prisonnières de critères qu’elles s’étaient fixée auparavant et qui pourraient ne plus leur plaire le lendemain! Quand un homme est trop parfait, c’est gossant! Soit tu ne te sens pas à la hauteur, soit tu le trouves lèche-bottes et trop amoureux et tu fuis. Mais crois-moi, fuuuuck, crois-moi qu’un jour elle va regarder en arrière et se dire qu’elle aurait dont dû rester avec toi!

J’ai brièvement habité avec mon amoureux de l’époque au paravant. Un gars quand même très cute, avec de l’avenir, éduqué et de bonne famille. Il m’aimait tellement. Il m’aurait donné la lune. Il voulait m’emmener partout en voyage, m’achetait trois millions de cadeaux par jours, bref, il m’AIMAIT soliiiide. Résultat? Madame repoussait les limites de Monsieur. Je n’ai jamais été infidèle sauf avec lui. J’allais à l’école où je fréquentais secrètement un gars qui me raccompagnait le soir jusqu’à ma porte et qui me frenchait devant la fenêtre de la cuisine où mon chum m’attendait patiemment pour souper. Le gars partait, je rentrais chez moi et je faisais la baboune à mon chum parce qu’il était trop là, pas assez comme l’autre. Alors lui se sentait mal, me recouvrait encore plus de cadeaux et faisait encore plus attention à moi et j’étouffais encore plus. Je l’ai tellement testé ce gars-là! Je n’osais pas lui dire que tout était fini, faute de conscience. J’ai tout fait pour le faire fuir. Dude, j’ai même lâché les pires pets odorant sur lui, SUR SA JAMBE, pis il trouvait ça drôle!!! Bon OK ouin… rendu là c’est presque être triso… mais il m’aimait tellement que même si j’avais eu une pustule à la place de la tête il aurait continué de me trouver belle et parfaite. Notre relation a prit fin quand il a découvert que j’avais un autre homme dans ma vie ( un deuxième depuis le gars de l’école ) et que ça s’en venait sérieux. Un cute ass mal rasé qui sacrait et buvait beaucoup qui m’a crissé là quelques temps après qu’on aie officialisés notre relation pour sortir avec une p’tite parfaite blonde aux yeux bleus. Tout ça pour te dire que les contraires s’attirent et que rien ni personnes ne pourra changer ça.

Mais moi, qui est probablement la fille la plus orgueilleuse de la viiiie, j’ai regretté mon homme parfait parce que jamais personne ne m’a aimé autant après. Maintenant, il est fiancé et papa d’une superbe petite fille et il est heureux. Pis, j’peux pas m’empêcher d’envier son bonheur et de croire qu’il me revenait un peu à moi aussi, de droit, même si j’me retrouves toute seule la nuit à calmer les états d’âme d’un gars que je connais à peine, sur mon blog.

Oublie pas, crache en l’air, tombe su’l nez! Tu risques d’avoir une bien plus belle vie qu’elle en bout de ligne même si tu crois que là, c’est la fin du monde. Hô pis… ne pet jamais sur quelqu’un pour t’en débarrasser. C’est crissement mauvais pour ta réputation lors des ruptures.

Une vra’ de vra’ femme, son booker et Jean Charest.

novembre 4, 2009

À l’ordre du jour: je dois me trouver un booker. Je n’ai pas d’album, pas encore beaucoup de chansons de sorties ( quoi que les prochains mois risquent d’être surchargés de ma personne dans vos iPod ) mais je veux un booker. Parce qu’avoir un booker c’est cool. Et que pleins de dudes veulent me faire des sets sur leur show ( j’parles comme une vrai p’tite emcee ) et que moi j’suis comme  » Oui OK parce que la salle est cool pis que je vais gosser le patron pour avoir des conso gratuites  » ou  » Fuck off gros lard t’es trop laid pour que je me montre en public ( ou même backstage ) en ta compagnie  » pis que mon booker, lui, aurait définitivement de meilleures arguments que moi. Pis aussi parce que mon booker va pouvoir me booker des soirées spectacles où je pourrais genre… lire mes œuvres devant des mordus de littérature pis parler de ma vie en demandant l’opinion du public sur mes problèmes personnelles pis les faire payer pour jouer au psychologue avec moi.

Mon booker va pouvoir demander que j’aie une loge pis du torche-cul rose. Pis il va définitivement demander plus cher que moi quand on va me demander d’être sur un show pis que l’organisateur va être cute, parce que mon booker sera hétérosexuel et pleins de tattoos pour bien faire comprendre au monde qu’il est hétérosexuel. Le soir, je vais appeller mon booker pour lui raconter ma journée. Et mon booker va me dire  » OK, tayeule pis va écrire une toune « . Mon booker va me mettre sur plein de shows avec des artistes trop cool et moi je vais faire comme si ça ne m’impressionnait pas et je vais dire à Céline Dion qu’elle est tout juste assez big pour que je fasses sa première partie. Anyway, assez parlé de mon booker, parlons de moi plutôt.

Cette semaine j’ai dominé un homme. J’ai bien gonflé mon chest pour l’intimider, j’ai monté mon menton et j’ai ouvert les yeux comme Jean-Luc Mongrain quand il est fâché.
caro mongrain
Je vous jure mesdames que pour l’estime de soit, il n’y a pas mieux! Les hommes ont une fâcheuse tendance à  » tripper  » sur les femmes fortes et décidée… Bon je sais que je vais frustrée quelques féministes qui se battent depuis des années pour obtenir cette admiration des hommes envers celles qui ont de l’ambition et qui savent tout faire avec tout, mais pour vrai, ça me déçoit un peu! Je suis du genre femme décidée, qui sait ce qu’elle veut et qui a de l’ambition à revendre, et pleins de beaux projets et tout… mais j’ai quand même envie de revenir chez moi le soir et de pouvoir me plaindre un peu! C’est dans notre nature féminine! Le gars répare le lavabo, la fille pleure en écoutant Place Melrose! Qu’est-ce que NOUS, femmes allons devenir si on fait fuir les hommes en se plaignant d’avoir des grosses fesses dans nos vieux jeans parce que messieurs attendent de nous que l’on s’hymne soit-même? Bien sûre c’est beaucoup moins de travail pour l’homme qui n’a plus à faire d’effort dans ses relations de couple pour faire sentir sa chérie  » femme « , puisqu’il lui laisse le contrat de le faire elle-même, mais avons nous en plus besoin d’inverser les rôles et de réconforter nos hommes lorsqu’ils écoutent Sophie Paquin? Moi, j’ai envie d’un homme qui répare le char quand on reste en  » stract  » sur l’autoroute pendant que je survole la clé USB bien au chaud dans l’auto en essayant de déceler le nombre de fois qu’il sacre en silence parce que le joint du moteur de l’ailleront arrière touche à l’huile du rotoploplo. J’ai envie d’un homme qui va m’offrir des fleures et un souper aux chandelles parce qu’il va avoir remarqué que j’ai encerclé une certaine date sur mon calendrier en craignant que ce soit celle de mes SPM’s. J’ai envie d’un homme qui ne comprendra pas trop pourquoi je pleures en écoutant One Tree Hill mais qui va dont me trouver cute et fermer sa yeule même s’il a trop envie de switcher au hockey. Bref, j’ai envie de pouvoir continuer à être une petite fille cute et sweet avec mon chum et non de jouer à la maman et de devoir l’envoyer dans sa chambre et le consoler quand MOI j’ai envie d’écouter le hockey.  » Dans mon livre à moé  » la femme restera femme pis l’homme va continuer à avoir du poil dans la face.

Ainsi, en replaçant Monsieur X à sa place en lui lançant ses quatre vérités par la tête, j’ai eu l’impression de pouvoir reprendre mon rôle respectif. Il a eu comme premier réflex de baisser la tête et de courber le dos en regardant le sol puis s’est redressi, ma regardé dans les yeux et a fait la plus belle p’tite face cute de gars  » EN TABARNAK  » de se faire rassir par une fille. Et j’insiste sur le  » En tabarnak  » parce qu’un gars juste  » frustré  » c’est fif pis ça parle de ses émotions.
Par contre comme je le disais un peu plus haut, c’était bien pour mon estime. Monsieur X semblait croire que je n’avais ni personnalité, ni caractère parce que je suis douce et délicate avec lui ( sauf dans mes SPM, mais les hommes ne croient plus au fameux regain d’hormones de la semaine rouge, ils croient juste qu’on est folles pis qu’on se sert de ça comme excuse pour expliquer le fait qu’on est euh… ben.. folles. ) et que j’agis comme une fille devrait agir. Comme ça, j’ai assouvi ses fantasmes d’être avec une femme forte, je lui ai presque fait croire qu’il portait un soutient-gorge et que j’avais une pomme d’Adam et je lui ai fait réalisé qu’il n’était pas du tout à l’aise avec ma brassière et mon G puisque de toute façon, il n’a même pas de boules. Tout est bien qui fini bien, quoi que Monsieur X ne m’intéresse plus du tout depuis que je l’ai dominé d’un simple regard méchant. D’ailleurs, maintenant je suis avec un homme qui ressemble à un Jock pis qui a du poil sur le chest ( hehehehe… le dude qui se rase le poil de torse…you know whuuuut i mean??? ). Pis il est cute. Pis il fait de la musique. Pis… il ne prend pas de cours de natation. C’est tout nouveau. C’est l’homme de ma vie depuis peu. Pis… attendez moi, j’dois lâcher un call à Herby Moreau pour lui demander de faire un article sur nous dans le Star Système avec moi assise sur ses genoux avec ma main sur sa joue et un regard amoureux! Well, done!

Dernier sujet ardent de la semaine ( Bonne et heureuse semaine, Always! ), le monde est crissement cave. Coup de marketing, j’ai décidée d’annoncer en primeur sur facebook que j’étais enceinte de trois jours. Comme… moi, y’a trois jours, j’ai fais l’amour avec le cousin du voisin de l’oncle du Colonel Sanders, trois jours plus tard, POUF! Je suis enceinte et bedonnante. Réaction suscitée? ILS Y ONT CRU!!!! J’étais totalement stupéfaite de voir qu’autant de personnes ont buffé leur cours de bio au secondaire. J’veux bien croire en la technologie de  » Première réponse  » mais là… COME ON!!!!!!!! Touuuut y est passé!  » Félicitation!  »  » De qui?  »  » Ben voyons je ne savais pas que tu avais un chum  »  » Comment tu te sens? « … Bref, le quotient moyen des répondants de la demande d’interaction que j’ai lancé était dangereusement bas! On s’en và où? On me reproche de bien m’exprimer, on croit au fait qu’une femme puisse être enceinte de trois jours pis personne n’a encore compris que Jean Charest est un personnage à même titre qu’Homer Simpson et qu’il ne faut pas voter pour lui aux élections! Je me sens presque discrédité dans mon rôle de femme intelligente, alors je vais boire un vodka/redbull, j’vais me vernir les ongles en écoutant Virginie et ensuite je sors au Millenium habillée comme les 761 autres filles dans la place en sentant que je me démarque trop avec mes bijoux Caroline Néron et le Lady Gaga que j’ai dans mon iPod! Bonne soirée! 😀

Ps: Je sais que probablement plusieurs de mes lecteurs font parti de la catégorie « On est cave mais on le sait pas » mais laissez-moi s.v.p vous avisez de ne PAS cliquer sur ce genre de publicité où la compagnie n’a même pas pris le temps d’insérer le bon déterminant dans son annonce ( UNE vieux truc???? )…

imgad

Je… euh.. YEURRH ?

octobre 1, 2009

Vendredi 25 septembre.

Ma meilleure amie n'est pas copine avec Einstein. Elle ne connait pas le tableau périodique des éléments et ne sait probablement pas de quoi est composé chimiquement l'eau. Elle ne connait pas non plus la litérature française, et ne parle pas l'anglais. Comme... 'stie qu'je l'aime?  Je m'emporte...

On parle quand même beaucoup moi et elle. Jamais de rien d'existentiel, mais on parle. Cherchant l'amour de sa vie, elle a décidé de se joindre à la moitié de la population mondial en cherchant sur internet. Les meilleurs sites de rencontre ( on s'entend que le mot meilleur est employé ici comme objet, servant seulement de décoration à ma phrase ) y sont passés. Doyoulookgood, Moncharme, et permetez moi d'oublier les autres pour ne pas tomber en état d'ébétude à force d'énumérer ces points de rencontres de cruisage pré-arrangés à leur état le plus beta. Un seul est sorti du lot et a sonné en moi une petite clochette semblable à celle que ma grand-mère faisait sonner quand j'allais chez elle en visite à l'heure du souper. Ben.. faut comprendre que je n'allais pas chez elle à l'heure du souper. Ben... j'y était à l'heure du souper mais pas en visite pour l'heure du souper. J'veux dire... j'étais déjà en visite à l'heure du souper, mais pour plusieurs heures de souper. J'ai mal à la tête.

Je disais quoi déjà? AH OUI, BINGO. Sites de rencontres. ReseauContact.com. Mon amie me vente donc les nombreux mérites du site totalement conçu dans le but de faire un peu d'argent de plus dans le compte banquaire de Pierre-Karl. Oui oui, le site appartient au réseau canoe, qui appartient à TVA, qui appartient à Julie et son mari. Je tiens à préciser que je n'ai rien du tout contre ces derniers, au contraire. Mais le site web du ReseauContact me laisse un peu de glace quant à leur méthode.

Je décide quand même de m'y inscrire pour voir ce qui s'y trame. Je post une photo, parce que pour être cool et trouver l'amour de sa vie, ça prend une photo. Ensuite je rédige un petit texte hyper quétaine dévoilant les secrets les mieux gardés de l'humanité, comme par exemple " Je ne suis pas ici pour trouver l'amour de ma vie " ( NB : J'ai copié collé cette phrase de 114 autres profils d'utilisateurs du site qui pourtant avaient un quotat de recherche hommes/femmes de plus de 300 %... ) ou encore " Je ne m'affiche pas sur ma webcam " ( Mais j'suis tellement cool que je précise quand même que j'en ai une et je laisse mon MSN sur ma page de profil, juste pour le fun * Ça c'est pas vrai... dans mon cas du moins. *) . Ensuite, je coche l'option " M'allerter VIA mon e-mail quand quelqu'un m'écrit " puis je ferme le tout et j'attends.

Trois minutes et demie plus tard ( Une barbe avait poussé à mon visage tellement le temps avait passé depuis mon inscription ) je reçois un e-mail. Quelqu'un m'avait écrit sur ReseauContact. Retenant de peine ma joie et la lueur d'espoir que cette alerte créait en moi, me dictant que bientôt je trouverais l'amour, je me dépèche d'aller vérifier qui m'avait écrit.

C'était Danny. Danny 45 ans. Je précise que sur la page de mon profil, on pouvait très bien y voir que je n'ai que 18 ans. 18 ANS, CRISS!!!  Le dude en question me dit que je suis jolie, m'avoue qu'il pourrait faire sa vie avec moi. Moi comme.. " Oui mais.. ta vie n'est pas déjà fini? C'est pas le démon du midi qui me parle ? " Mon très cher ami Danny me répond que non, que je pourrais bien en être le début et la fin. Bon, 'stie, il va se pendre si je ne lui répond pas. Alors je lui répond. Je lui fais gentiement remarquer que, fuck, je n'ai que 18 ans et que s'il avait eu seulement 3 ans de plus et que ma maman m'avait eu assez jeune, il aurait pu être mon grand-père. Je lui fais aussi remarquer que son visage et sa taille massive laisse fortement deviner que Monsieur est âgé. Ces rides, ces traits grossiers transformés par l'âge, ces cheveux gris. J'imagine même pas l'haleine de bête qui doit s'en suivre. Je lui suggère donc de retourner au royaume des nounes slack.

L'homme en question, probablement entêté par d'innombrables années de célibats et de brassés à la main, de vaisselle qui s'empile et de soirées devant la télé à regarder le bowling, m'envoit une 3ième réponse. " Tu sais, je suis dans la fleure de l'âge ( Ouin, mais ta pétale est sec pis elle tombe dangereusement vers le bas ) et tu es majeure et vaccinée, nous sommes donc dans la possibilitée de se voir, de s'aimer sans que celà ne dérange personne ( Ouiiii, je me vois déjà le présenter à ma maman! ). 

Bon... je n'ai même pas pris la peine de lui répondre tant je criais au scandale. Le dude me rappel que je suis majeur. Vrai. Donc, dans le fond, il check des petites filles de 14-15-16 et 17 ans, se masturbe sur leur photo mais prend quand même la peine d'attendre qu'elles aient atteind leur majorité, non pas par principe mais par souçi de ne pas se faire pincer par la police? Doooonc, ce gars est un pédo hypocrite, et se cherche une fille du plus jeune âge dans la limite du légal. Est-ce que je peux juste... vomir dans ma bouche, le ravaler et lui re-vomir le tout dessus? Le pire la dedans, c'est que j'ai eu énormément de courriels aux quels je n'ai pas répondu mais que je prennais tout le temps soin de bien lire. plus de 60 % des courriels que j'ai reçu sur le site venaient de la part d'hommes âgés entre 45 et 65 ans.

J'aimerais vraiment vous poster leur photos, vous montrer qui sont ces monstres de l'hypocrisie, qui ne rêvent qu'à se tapper des enfants mais qui ont trop peur à leur founes pour oser poser un geste sur un enfant de moins de 18 ans mais je ne sais pas si j'ai le droit de faire ça. Parce que biensûre, dans notre société trop trop bien dirigée, si je postais sans les droits requis une photos qui ne m'appartient pas, le pédophile en question pourrait porter plainte et me faire enfermer pendant des années pour avoir oser montrer son visage de bête immonde aux autres internaudes.

Je cris encore une fois au scandal et vais prendre une gorgée d'Amarula pour me calmer.